LA CHAPELLE

La chapelle actuelle de Sant Guillem de Combret (XII°s.) est un agrandissement in situ d’une première chapelle datable de la fin du X°s. en témoigne hautement la cloche en fer forgé parvenue intacte jusqu’à nous (actuellement en dépôt au CG à Perpignan).

 

 

Le premier document connu est celui de 1007 : donation du comte de Cerdagne, Guifred, au monastère de Saint Martin du Canigou, d’un territoire sis dans le massif,  « confrontant au sud la serra de Bacières et la pausa guillemi ». Par pausa, il faut entendre un lieu d’hébergement tenu par l’Eglise  pour nos premiers ancêtres colons : défricheurs, bûcherons, éleveurs, plus tard charbonniers, mineurs, forgerons…

 

Montagne peuplée donc et ce depuis l’Antiquité tardive et le plus haut moyen-âge, les envahisseurs successifs refoulant vers la montagne les peuples installés dans nos plaines littorales méditerranéennes. Le premier peuple établi en zone côtière était le peuple Ligure composé de multiples tribus, parmi elles les Sordes, les Cérètes…tribus déjà étudiées par le proconsul historien romain Festus Avienus au IV°s. Après Jésus-Christ.

 

Notre Haut Vallespir a donc bien été une montagne refuge et notre ermitage bien au chœur du travail des hommes (jusqu’à la triste époque des expropriations des années 50).

 

Dès 1172 un document mentionne trois manses (exploitations agricoles=mas) dans la basse Comalada (nom de la rivière). Un deuxième document daté du  1° octobre 1195 est des plus précieux, il précise que l’évêque d’Elne fait donation au monastère d’Arles « de la chapelle Sainte Marie Madeleine et Saint Guillem, sise dans le comté de Besalu, avec ses droits actuels et futurs… ». Un document précise encore que le desservant de la chapelle devait annuellement s’acquiter d’une redevance due à l’abbé d’Arles consistant  en « une poule pour la vigne qu’il tenait en ce lieu ».

 

On faisait donc un peu de vin à Sant Guillem …un jour, rêvons un peu, nous y ré-adapterons un cépage spécial, comme en Cerdagne à Ste Léocadie …


Loreto Henri

Première page d'histoire